Je suis malheureuse en couple, comment réagir ?

Photo: 

Je suis malheureuse en couple, comment réagir ?

Entre votre homme et vous, rien ne va plus. Le grand soleil des premières années a disparu : désormais, votre météo de couple affiche une grisaille morose et, parfois, des gros nuages menaçants... Avant de signer les papiers du divorce, découvrez les conseils de la psychologue Élisabeth Couzon pour remonter la pente.

Une vie de couple, c'est rarement un long fleuve tranquille. Et le fameux « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants » avec lequel on nous rabat les oreilles depuis l'enfance, est un mythe qui n'existe que dans les contes de fées !

« C'est prouvé scientifiquement : notre cerveau est programmé pour nous faire ressentir des émotions positives durant les trois premières années de la vie de couple, explique Élisabeth Couzon, psychologue clinicienne. C'est un mécanisme biologique destiné à favoriser la reproduction... Cependant, après 3 ans, la magie des débuts s'efface et le risque de rupture est bien réel. »

La liste de mes envies

Si vous vous sentez malheureuse en couple, sans réussir à « mettre le doigt » sur ce qui ne va pas, la psychologue conseille tout d'abord de mettre les choses au clair sur papier.

« Prenez une feuille et identifiez tous vos besoins non-satisfaits, toutes ces petites choses qui vous manquent dans votre relation de couple : un besoin d'affection, un besoin de rire, un besoin de sortir... » Attention, la liste doit être positive et personnelle : pas question de déverser un torrent de reproches contre votre partenaire.

« Une fois que vous avez identifié vos besoins non-satisfaits, réfléchissez à ceux que vous pouvez combler en solo ou avec l'aide de votre entourage. » Ainsi, si vous ressentez le besoin de sortir fréquemment mais que votre partenaire est plutôt du genre casanier, ce besoin ne peut-il pas être comblé avec une copine, une sœur, un ami, un collègue de travail ?

« Il faut oublier l'idée selon laquelle le couple suffirait à combler tous nos besoins : l'autre n'est pas un médicament, il faut également apprendre à subvenir à nos besoins par nous-mêmes ou avec notre entourage. »

Le début de la fin

Deuxième étape, posez-vous au calme dans votre canapé et remontez le fil de vos souvenirs : à quel moment votre mal-être a-t-il vraiment commencé ? Étiez-vous déjà malheureuse avant de vous mettre en couple avec votre partenaire ou est-ce que cela a commencé après ? Y a-t-il un événement particulier qui correspond au début de cette souffrance (la naissance d'un enfant, un déménagement, un décès...) ?

Cibler précisément l'origine de votre mal-être est une information précieuse, qui vous permettra d'aller de l'avant.

La question qui fâche
C'est le moment de se poser « la » question qui fâche : avez-vous envie de continuer avec votre partenaire ? Dans 10 ans, vous voyez-vous encore avec lui ? Prenez votre temps pour réfléchir à cette interrogation importante mais difficile. Encore une fois, un crayon et une feuille peuvent vous aider...

Encore du travail ?

Vous avez décidé de poursuivre votre histoire ? Pour repartir du bon pied, la psychologue conseille d'entamer un travail sur soi. « Pour son partenaire, une femme devrait être à la fois une amie, une amante, mais aussi une fille et une mère : pensez-vous remplir chacun de ces rôles ? Si non, voilà peut-être un bon point de départ pour une relation harmonieuse et épanouissante... »

Entretenir la flamme

« Ce qui tue un couple, c'est le manque de communication » explique la spécialiste. « Aussi, chaque semaine, je vous conseille de vous livrer à un petit exercice de clarification... Asseyez-vous autour d'une table et tirez au sort pour savoir qui, de votre Chéri ou de vous, va commencer.

Ensuite, la personne désignée prend la parole pour décrire toutes les petites choses qu'elle n'a pas aimé durant la semaine : les agressions involontaires, les petits mots désagréables, le manque d'attention... Il faut tout mettre au clair et l'autre n'a pas le droit d'intervenir. Au bout de 15 minutes, on échange les rôles. » Un moment pas forcément agréable à passer, mais indispensable pour éviter les non-dits !

Comments (0)

Leave a comment